Tellement d'amour et tellement de haine...
Tant de souvenirs...et si peu de personnes pour les partager.
L'absence, c'est comme un étau qui chaque jour un peu plus, comprime le corps et squatte le cerveau.
Pour trouver sa respiration il faudrait, comme le disait Jacques Prévert : "essayer d'être heureux, ne serait-ce que pour donner l'exemple".
Pas facile sans toi. J'en pleure mais j'y travaille !