Gérard Lanvin n'était pas dans la salle et moi non plus. J'étais pourtant arrivée 20 mn avant le début du film, mais la salle était déjà pleine. Bien sûr je n'étais pas la seule, "les cops" aussi sont rentrés regarder la télévision. Donc pas de commentaire sur le film, il va repasser mais quand ?????
Ma journée à Tarbes : Florian l'avait bien pressenti, il n'y a rien de mauvais au scanner, rien au foie ni aux poumons, pour les os, on ne m'a parlé de rien donc pas de nouvelle, bonne nouvelle. Mais, et oui, il y a malheureusement toujours un mais...j'ai les boutons qui grossissent, celui sur le côté du champ des rayons et celui du début qui était sorti sur la cicatrice après l'intervention. De plus, j'ai plein d'autres petits grains suspects sur le champ des rayons. Donc, avec tout ce remue ménage, l'oncologue a décidé de ne pas me faire de radiothérapie, mais de continuer avec un nouveau protocole de chimio. Elle a appelé l'oncologue de Claudius Rigaud qui m'avait reçue, pour savoir si je ne pouvais pas intégrer un de leur protocole. Pour l'instant : non. Elle lui a demandé de faire analyser les cellules de mon sein (celui qu'ils m'ont enlevé), heureusement qu'ils ne jettent pas tout au feu, pour compléter leurs données et vérifier si je peux disposer d'un nouveau traitement qui va démarrer à Toulouse d'ici un mois. Je ne sais pas si je suis très claire...faites un effort de compréhension ! En résumé, elle demande une anapath (analyse) dès aujourd'hui. Dans 8 jours, je saurai si je peux aller à Claudius Rigaud ou si je suivrais un nouveau protocole au château.
Ce scanner a mis en évidence quelques adénomégalies sous le bras droit, (pour l'instant tous mes soucis sont à gauche), aussi mon oncologue souhaite me faire passer un pet scan, examen qui se fait à l'hôpital Pasteur à Toulouse, imagerie qui fixe les tumeurs. Seulement il faut un mois entre la dernière chimio et cet examen, donc je ne pourrai pas avoir de rendez-vous avant fin janvier. Je ne pourrai donc pas commencer de traitement avant.
Voilà, je suis un peu effondrée, car je pensais en avoir fini avec la chimio. Il me faut continuer, la bataille est loin d'être terminée.... Mais, je n'ai pas encore dit mon dernier mot.
Donc, à demain